FR / EN





Démo — The Ecstasy of Gold 2017

Hangar Barcelona
August 2017



  
Photo © Omnipresenz, avec M. Feliziani, M. Hervás, L. E. Sormunen et D. González.


Zenkei Shibayama
A Flower Does Not Talk (1970)


Silently a flower blooms,
In silence it falls away;
Yet here now, at this moment, at this place,
the whole of the flower, the whole of
the world is blooming.
This is the talk of the flower, the truth
of the blossom:
The glory of eternal life is fully shining here.


T.S. Eliot
Burnt Norton (1943)
No. 1 of 'Four Quartets'


Time present and time past
Are both perhaps present in time future,
And time future contained in time past.
If all time is eternally present
All time is unredeemable.
What might have been is an abstraction
Remaining a perpetual possibility
Only in a world of speculation.
What might have been and what has been
Point to one end, which is always present.
Footfalls echo in the memory
Down the passage which we did not take
Towards the door we never opened
Into the rose-garden. My words echo
Thus, in your mind.

The Ecstasy of Gold Reloaded

Chapter III
L'environnement naturel


Un lieu abandonné revient toujours à la vie, après toute événement de l'histoire humaine.

Venise et ses îles sont l'exemple d'une vaste étendue d'eau et de terres semi-émergées où les paysages de silence changent avec le flux des marées, les bateaux traditionnels de la lagune résistent à l'agressivité bruyante des moteurs, aux couleurs de l'eau, le ciel et la terre se mêlent à la brique rouge des édifices humains, et les marais salants offrent l'hospitalité à la faune typique des lieux: aigrettes, hérons, mouettes, faucons, martins-pêcheurs… C'est une Venise où la nature domine, mais où les signes de l'histoire raconte aussi les origines mêmes de la ville, son passé le plus lointain.

Dans le film, cette relation homme-nature est représentée par une succession de chorégraphies où la nature réagit et reprend sa place dans un lieu laissé vide par la civilisation. Un groupe de danseuses est invité à travailler ensemble à Padoue et à Venise lors d'un atelier afin de créer et d'enregistrer la chorégraphie.



    Photo IVESER L’Istituto veneziano per la storia della Resistenza  | Villa Hériot Giudecca Venezia.